Ehpad et aide à domicile : 200 000 emplois à créer selon la CGT

Ehpad et aide à domicile : 200 000 emplois à créer selon la CGT

La CGT plaide pour la création de 200 000 emplois dans le secteur

Un gisement d'emploi et un choix de société...

Il faut créer 200 000 emplois dans le secteur des Ehpad et de l'aide à domicile selon la CGT qui souhaite que soit respecté le ratio : un soignant par résident. Pas sûr que les pouvoirs publics et les actionnaires soient de cet avis.

Alors qu'il y a une semaine, les salariés du secteur se mobilisaient, la CGT revendique ce mercredi « la création de 200 000 emplois pour l'aide à la personne », et cela, dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) comme dans les services de soins et donc d'aide au maintien à domicile.

C'en effet légitimement que pour l'heure, les personnels dénoncent « la détérioration de leurs conditions de travail et de la prise en charge des personnes en situation de dépendance », relève la centrale syndicale.

Or, si la situation est telle, c'est que « dans le secteur privé comme dans le secteur public, les travailleurs font face à un même ennemi : l’austérité », tance la CGT.

Les actionnaires trop gourmands

Explications : « Dans les établissement privés, le reversement des dividendes aux actionnaires se fait au détriment des salariés et des résidents. Dans les établissements publics, la politique consiste à réduire les coûts de fonctionnement sur le dos des personnes âgées. »

C'est pourquoi il est urgent de créer 200 000 emplois dans ce secteur, plaide la CGT, de revoir les salaires à la hausse (dans certaines structures, les temps partiels imposés étant du reste légion, et les temps de trajet d'un domicile à l'autre loin d'être toujours pris en compte) et surtout, dans les établissement, de respecter le ratio « 1 résident = 1 soignant ».

Un choix politique et de société

Et de conclure en appelant à la « mise en place d’un financement pérenne pour la prise en charge de la perte d’autonomie dans le cadre de la branche maladie, ainsi que l’abrogation de la réforme de la tarification des Ehpad et la garantie de l’arrêt des baisses de dotations, avec des financements à hauteur des besoins ».

Quiconque a un proche résident d'un Ehpad, ou bénéficiant d'une aide à domicile, voire employé(e) du secteur, ne peut que souscrire. C'est là un choix politique majeur, une certaine vision de la société. Et non purement comptable.