A Londres, une fac bannit le bœuf pour lutter contre le réchauffement climatique

A Londres, une fac bannit le bœuf pour lutter contre le réchauffement climatique

Basée dans le quartier de New Cross, la faculté de Goldsmiths, un des 18 établissements composant la prestigieuse Université de Londres, a décidé dès la rentrée à venir de bannir la viande de bœuf de son campus.

Réputé pour ses départements dédiés aux études artistiques, Goldsmiths compte quelque 9000 élèves.

Justifiant cette mesure par le fait que la production de viande bovine contribue trop largement aux émissions de gaz à effet de serre, la direction a également annoncé une taxation (symbolique) des gobelets en plastique, rapporte The Independent.

Ces dernières années, la faculté a déjà initié un programme de recyclage de ses déchets et denrées périssables qui lui a permis de réduire ses émissions de carbone de 10 %. La directrice Frances Corner explique qu'il n'est « plus possible d'ignorer la nécessité pour les collectivités d'assumer sérieusement leurs responsabilités en matière de lutte contre le changement climatique ». Elle se réjouit que les enseignants et étudiants partagent ce point de vue. « Parler d'urgence climatique n'a rien d'un vain mot. Nous sommes confrontés à un moment décisif de l'histoire mondiale et notre université se tient maintenant aux côtés d'autres organisations pour sonner l'alarme et prendre des mesures urgentes ».

Goldsmiths est par ailleurs engagé dans une action tendant à faire appel à davantage d'énergies vertes. Ce volontarisme affiche par une institution prestigieuse a été salué par l'antenne britannique de Greenpeace qui souhaite que les autres universités du pays suivent cet exemple… Notamment en ce qui concerne le non recours aux énergies fossiles.