Lutte Ouvrière, envers et contre tout (et tous)

Lutte Ouvrière, envers et contre tout (et tous)

Lutte ouvrière

Les militants LO pour l'union sur le terrain, pas aux élections

Récusant toute participation à des listes d'union, le parti trotskyste sera présent dans nombre de villes lors des municipales de mars. « Pour faire entendre la voix des travailleurs... » précise Nathalie Arthaud. Au risque, parfois, de faire gagner la droite ?

Clermont-Ferrand, Limoges, Lille, Metz, Saint-Nazaire, Calais, Toulouse ou encore Pantin, où sa porte-parole Nathalie Arthaud est elle-même candidate. Liste non exhaustive des villes, grandes ou moyennes, où Lutte Ouvrière présente une liste à l'occasion des élections municipales.

« Nos listes sont composées de travailleuses et travailleurs qui mèneront dans ces élections le même combat que dans les entreprises, dans les grèves et manifestations » précise l'enseignante ayant succédé à Arlette Laguiller en 2008.

Et d'ajouter : « Ces élections peuvent permettre de s'exprimer clairement contre la politique du gouvernement et des capitalistes. Il faut faire entendre la colère qui s'est manifestée ces dernières semaines… » Au mot près, cette fois, une citation qui aurait pu être signée de dirigeants du PCF, par exemple.

Sauf que si les militants LO sont généralement très investis sur le terrain dans des luttes unitaires (qu'il s'agisse de s'opposer à la réforme des retraites ou de défendre des salariés confrontés à plans sociaux), qu'ils arborent alors une bannière syndicale ou celle de leur parti, sur le plan électoral, il en va différemment.

Un parti toujours révolutionnaire

Il semble donc loin, déjà, le temps où en 1999, Lutte Ouvrière fit alliance avec la Ligue Communiste Révolutionnaire (alors dirigée par Alain Krivine) aux européennes, rassemblant plus de 900 000 voix permettant à Arlette Laguiller de faire son entrée au Parlement de Strasbourg comme députée !

Ce temps n'est plus. Exit l'âge d'or. Exit le capital de sympathie dont a pu bénéficier Arlette que chanta Alain Souchon. Cette fois, LO est seule. Sur une ligne qui n'a guère bougé ces dernières décennies, et comptant donc sur le seul investissement de militants dont le dévouement confine au sacerdoce. Pour une raison qui tient à son crédo historique et qui est résumé sur son site : LO considère les élections comme une tribune, comme un moyen et non une fin, car le parti demeure révolutionnaire.

Sur ce plan, le NPA (ex LCR) qui se veut également révolutionnaire est plus arrangeant. Et n'hésite pas pour sa part à jeter des ponts : à Bordeaux, Philippe Poutou fait alliance avec un collectif citoyen et bénéficie du soutien de la France insoumise.

A quelques voix près parfois

Dans le contexte actuel, dans un climat très revendicatif, au final, la stratégie de LO pourrait lui faire espérer un peu mieux que lors des derniers scrutins : 0,78 % des voix aux Européennes de 2019 pour un total de quelque 176 000 suffrages au plan national, 0,64 % aux présidentielles de 2017 avec 232 400 voix. Mais dans une élection locale ?

En 2014, à titre d'exemple, à Toulouse, la liste LO avait rassemblé 818 voix (soit 0,63 % des suffrages).

Ce n'est pas ridicule. Evidemment. C'est même respectable. Sauf que… Sauf que dans certaines villes, on devine déjà qu'une qualification pour le second tour et/ou la possibilité de fusionner entre les deux dimanches risque de se jouer à quelques voix.

Nathalie Arthaud
Nathalie Arthaud candidate à Pantin : mais LO ne fait les plus scores de jadis...

Disons le autrement. Dans certaines villes, LO prend le risque de favoriser la droite et/ou la majorité En Marche. Et le fait que l'union de la gauche ne soit pas partout de mise, qu'au PS, au PC, chez les écolos d'EELV ou à la France insoumise, il est aussi des stratégies discutables ici et là n'est pas forcément un argument de défense.

A moins d'un miracle. A moins d'une spectaculaire prise de conscience et d'une adhésion massive des électeurs aux arguments répétés à l'envi par les candidats LO. En 1995, chez elle, Arlette Laguiller avait bien été élue conseillère d'opposition en faisant 15 % au premier tour !

                    

  Photo principale Touam Hervé Agnoux sous licence Creative Commons

Vous souhaitez réagir ou commenter ? Envoyez votre message sur la boîte lesitedesgauches@gmail.com ou sur la page Facebook..