Pour eux, seule l'union permettra de gagner en 2022

Pour eux, seule l'union permettra de gagner en 2022

La gauche doit la jouer collectif en 2022

Il faudra la jouer collectif en 2022

Ils s'appellent Lucas, Ischem et Thomas. Trois jeunes sympathisants pas résignés à voir une gauche « éclatée » laisser de nouveau le train de l'histoire les laisser à quai en 2022. Et leurs convictions avec. Ils ont décidé d'agir car selon eux, « notre société est arrivée au pied du mur et des changements radicaux sont indispensables ». Entretien.

Qui êtes-vous ? Des citoyens et militants de gauche fatigués de constater que la désunion perdure (comme lors des Européennes) alors que sur bien des points, il y a matière à agir et combattre en commun ?

Nous sommes trois amis d’enfance, basés à Paris et à Lyon. Des citoyens avant d’être des militants. Nous ne sommes encartés dans aucun parti et n’avons aucun intérêt personnel ou professionnel dans le mouvement de « l’Union des Gauches 2022 ». Nous venons tous les trois de la gauche mais avec des sensibilités différentes : l’un est plus proche des propositions des Insoumis, un autre des Verts et le dernier de Génération-s. Pour autant, on remarque qu’on se retrouve sur l’essentiel.

Au pied du mur

A commencer par le fait que notre société est arrivée au pied du mur et que des changements radicaux sont indispensables. Cette radicalité est imposée par des enjeux climatiques, économiques et sociaux d’une ampleur inédite auxquels nous allons devoir faire face. Le gouvernement actuel a prouvé son incapacité à être à la hauteur de ces enjeux par son cynisme et son inaction. En parallèle, l’extrême-droite se nourrit de ces échecs et impose de plus en plus ses thématiques dans le débat public.

L'urgence climatique impose l'union de la gauche
L'urgence climatique est l'un des enjeux qui justifient la nécessité de s'unir à gauche

Evidemment, la gauche française a aussi ses échecs à assumer. Le mandat Hollande a fait beaucoup de dégât en reniant toutes les luttes de gauche pour leur préférer une politique purement libérale. Cela a provoqué des ruptures légitimes et a conduit la gauche à une division totale. Aujourd’hui, la gauche se positionne comme une force d’opposition désunie et a perdu, aux yeux du peuple, sa capacité à proposer une alternative sérieuse et légitime.

Pour autant, nous sommes convaincus que c’est de la gauche dont la France a besoin et ne supportons pas que des luttes de chapelle et des thématiques secondaires viennent compromettre des combats sur lesquels tous se rejoignent. Nous ne sous-estimons pas les divisions de fond, mais restons persuadés qu’elles ne valent pas la peine d’hypothéquer nos chances de l’emporter en 2022 et d’enfin mettre en place la politique profondément écologique et redistributrice que requiert notre époque.

Pourquoi pensez-vous cette union possible ?

Nous ne minorons pas un instant les divisions à gauche. Nous ne sommes pas dans une démarche naïve qui consisterait à dire que tout le monde est d’accord sur tout et sommes bien conscients des rivalités qui existent entre les différentes sensibilités. Mais nous sommes convaincus que l’union est possible pour deux raisons.

Idéologique... et pragmatique

La première raison est idéologique. En effet, nous pensons que la sociologie et le logiciel politique des différents partis de gauche a beaucoup évolué depuis 2017. Le courant social-démocrate de l’ère Hollande a presque disparu, soit par des ralliements à LREM, soit par l’évolution politique du PS qui s’est fixé sur une ligne nettement plus à gauche. Or, c’était l’opposition de ce courant social-démocrate majoritaire au PS contre une ligne plus radicale défendue par les insoumis et communistes qui rendait autrefois l’union des gauches improbable. Cet obstacle idéologique étant levé, nous pensons qu’il est possible de réunir tout le monde sur une ligne d’écologie politique radicale associée à une critique profonde du libéralisme et de la mondialisation.

Seule l'union peut permettre de l'emporter...
Nous perdrons si nous partons séparément ! 

La seconde raison qui nous fait croire à l’union des gauches est pragmatique. Nous sommes en effet convaincus que l’urgence de la crise climatique et l’accroissement incontrôlable des inégalités nous obligent à avoir la gauche au pouvoir immédiatement. Or, la configuration électorale actuelle nous condamne à perdre. Nous sommes persuadés qu’il est presque impossible de passer le premier tour en 2022 avec autant de partis idéologiquement proches présentant des candidatures séparées. Les 19,58% obtenus par la France Insoumise en 2017 ne doivent pas leurrer le peuple de gauche : à l’époque, Jean-Luc Mélenchon n’avait pas en face de lui une candidature écologiste solide, mise à part celle de Hamon (que soutenait Jadot) qui était minée par l’héritage du parti socialiste. En 2022, une double candidature de LFI et des Verts nous mènera à coup sûr à un deuxième tour Macron-Le Pen dont la désunion de la gauche sera responsable. A l’inverse, une candidature unique nous garantirait de fortes chances de passer au second tour que nous aborderions en position de force quel que soit notre adversaire.

Les raisons précises de l'initiative sont claires. Mais comment pensez-vous agir et réussir ? Vous faire connaître et peser vraiment ? Il y a déjà la pétition. Mais encore ?

Nous comptons être présents jusqu’à l’élection présidentielle de 2022.

Nous sommes en train de réaliser une plateforme de synthèse des programmes politiques des différents partis de gauche afin de montrer l’évidence des luttes communes. Nous souhaitons que cette synthèse puisse servir de base à un véritable programme commun, non pas inspiré de nos idées personnelles mais de celles des partis eux-mêmes.

Une pétition pour commencer

Nous allons nous lancer dans une large diffusion de ce programme pour obtenir le soutien d’un maximum de sympathisants, associations, partis et militants. Plus notre pétition prendra de l’ampleur, plus elle sera à même d’interpeller efficacement les représentants de gauche sur la nécessité d’une candidature unique. Nous souhaitons les forcer, par un mouvement venant de la base, à s’unir en 2022.

Notre mouvement est très récent, mais commence déjà à fédérer et de nombreuses personnes nous ont fait part de leur volonté de nous rejoindre dans ce combat. Nous travaillons actuellement à structurer l’Union des Gauches 2022 pour rassembler un maximum d'hommes et de femmes et développer des actions de communication originales.

Certains des initiateurs déjà militants par ailleurs veulent-ils porter message dans leur organisation ?

Aucun d’entre nous n’était militant avant de créer le mouvement Union des Gauches 2022. Nous n’avons pas d’autres messages à porter que celui de l’impérieuse nécessité d’une candidature unique de la gauche en 2022. C’est une démarche qui ne peut être que collective, pas individuelle.

Palais élysée
Une candidature unique à gauche, seul viatique pour l'Elysée...

Quels sont les retours sur le terrain ? Et dans les partis ?

Les retours sur le terrain son extrêmement positifs pour une raison simple : les propositions que nous avons compilées relèvent du bon sens. Aujourd’hui, n’importe quel sympathisant de gauche veut lutter activement contre le réchauffement climatique, réduire les inégalités économiques, aider les migrants et reconstruire une société où il fait bon vivre ensemble.

Naturellement, les retours des militants encartés et des partis sont plus nuancés. Beaucoup nous soutiennent, mais ils sont encore nombreux à refuser l’union par principe. Nous espérons les convaincre de laisser de côté leurs vieilles rancunes pour construire, entre eux et avec leur base, une véritable alternative en 2022.

Voyez-vous dans la lutte contre la réforme des retraites, le récent meeting de Saint-Denis et dans la préparation des municipales des raisons d'espérer ?

La lutte contre la réforme des retraites est l’exemple parfait de l’efficacité d’une union des gauches.

Manif contre la réforme des retraites
La mobilisation contre la réforme des retraites se révèle un excellent laboratoire des combats à venir

Elle montre que sur le sujet de la défense de notre modèle social, nous sommes capables de nous mettre d’accord. Tous laissent leurs différends de côté et se mobilisent ensemble pour aboutir à une mobilisation massive. Le meeting de Saint-Denis est également une très bonne nouvelle : il montre une volonté politique de jouer le jeu de l’union de la gauche. Ce n’est encore qu’un premier pas mais nous soutenons complètement Fabien Roussel du PCF dans sa démarche.

Les municipales illustrent également très bien notre combat pour l’union des gauches. En effet, les candidats aux municipales ne sont généralement pas des cadres des différents partis politiques. Ils n’ont pas à s’encombrer des problématiques liées aux égos de nos dirigeants de gauche et le résultat est immédiat : partout en France des listes d’union de la gauche se structurent autour de valeurs communes avec une réelle volonté de gagner. C’est un pragmatisme venant de la base dont nos dirigeants feraient bien de s’inspirer.


Le site de l' Union des Gauches 2022 est iciUnion des gauches

Celui de la pétition est

Photo du Palais de l'Elysée : Celette et de la manifestation contre la réforme des retraites : Jiel Beaumadier toutes deux sous licence creative commons